02 octobre 2007

Combien de temps es-tu prêt à Servir ?

Combien de temps es-tu prêt à servir ?

C’est comme au groupe entier que la question fut posée au jour de la fondation de cette grande famille VII. Une fondation pleine de promesse…

Et la VII, impressionnée, presque timide (une fois n’est pas coutume) dit d’une voix qu’elle voulait assurée la réponse du cérémonial : « s’il plait à Dieu, TOUJOURS ! ». Et, du haut du Ciel, Notre Dame de la Route contempla cette petite œuvre qui se lançait dans la grande aventure de la Sainteté et du service. Elle savait qu’ici son Fils serait honoré et suivi.

Aujourd’hui, la voix s’est affermie, la famille a mûri, le groupe sert toujours ! La VII n’a pas failli à la promesse de sa jeunesse. Passent les années, faites de grandeur, de joies et de croix, de deuils et d’événements heureux : la VII demeure, sa joie scoute se répand, son idéal de chrétienté rayonne. Notre-Dame de la Route peut nous offrir encore son sourire satisfait : ici, son Fils reste honoré et servi par des âmes nouvelles, mais par le même esprit qu’au début et qui durera, s’il plait à Dieu, autant qu’Il le jugera bon.


Un anniversaire comme celui des trente années du groupe Saint Michel mérite d’être solennisé. Il mérite d’être fêté avec force réjouissance. Un tel anniversaire mérite que nous nous tournions un instant vers ceux, vénérables anciens, qui ont fait naître et vivre une telle entreprise. Vers ceux qui ont contribué à faire durer l’idéal.

Vers ceux qui nous ont transmis le flambeau, en nous disant un jour :

« Frère, nous t’avons transmis ce que nous avons reçu : ne t’en sers pas pour ta propre gloire, mets toi au service de ce flambeau, et sois un relais efficace et digne de nous qui sommes partis vers la demeure des bienheureux. Nous te demandons une seule chose en cet anniversaire dont nous sommes coresponsables avec toi : prie pour nous, et tiens toi prêt à passer toi aussi le flambeau sans galvauder son idéal. Donne le aux suivants qui sauront faire, tant que chacun restera fidèle à sa promesse et à l’esprit du groupe. »

Anciens, honneurs à vous !, qui nous avez confié cette tâche de la fidélité et de l’espérance. Car la famille vit ! Elle reste fière de son passé, mais elle est aussi projetée dans l’avenir ! Nous ne sommes pas des nostalgiques. Nous sommes des amoureux de la cause. Et la cause veut des bras aujourd’hui pour la faire progresser ! Notre engagement à poursuivre sera le plus beau signe de notre gratitude.

Alors, en avant, forts dans la foi, joyeux dans l’espérance (le cher abbé Montarien disait : « l’Espérance ! l’Espérance toujours ! l’Espérance quand même ! ». Nous sommes des successeurs de ces âmes là ! Quelle charge ! Mais aussi quel honneur !).

Alors, en avant ! Au pieds de Saint Michel, protecteur de l’Eglise, de la France, de notre famille : mettons nos pas dans ceux qui sont allés sur tant de routes avant nous. Et qui sont parvenus là où le groupe, en ses débuts a voulu conduire chacun : ceux de l’époque et ceux d’aujourd’hui, comme ceux de demain : au Paradis pour l’éternité.

Gratitude, fidélité, espérance en chaque chose : humilité en toutes ! Pour nous rappeler que si nous sommes les passeurs de cet idéal, c’est surtout notre idéal qui nous porte.

Combien de temps encore sommes nous prêts à servir l’idéal scout et l’esprit VII ? S’il plait à Dieu, TOUJOURS….

Abbé Guilhem le Coq

(Birex 42, sept 07)

Aucun commentaire: