08 octobre 2008

Pour plus de pub, l'éditorial de BIREX se lit sur le net!

Merci d’avoir choisi BIREX pour vos lectures quotidiennes. Vous ne serez pas déçu, cette feuille de chou ne contient aucune publicité. Vous y trouverez seulement de la littérature contemporaine, suffisamment d’actualités pour que les articles débouchent sur le compromis, mais pas assez pour embrouiller l’esprit des simplets.

Vous l’aurez compris, il ne s’agit pas pour nous de faire du journalisme qui se vend bien, mais de la critique, qui se consomme facilement. En ne proposant que des rubriques variées et des auteurs intéressés, la rédaction espère combler votre pause café ou, qui sait, vos réunions entre copains.

Ces rendez-vous doivent être soigneusement préparé, alors le journal se doit aussi de justifier les controverses et polémiques qu’il laisse circuler régulièrement dans ces pages. Le bulletin n’y trouve pour lui-même qu’une apparence contestataire, une longue histoire de charme entre lui et la 7. Mais pour l’actuelle équipe de Rédaction, il n’y a véritablement qu’une seule question existentielle : Ces articles vont-ils contribuer à épuiser les stocks d’exemplaires ?Le BIREX peut avoir une centaine de positions, comme une seule. Notre journal peut s’occuper de guérir l’ennui, comme il peut l’ignorer, voire s’en moquer. BIREX vous propose ce dilemme : Que vaut-il mieux ? Croire ce qui est écrit dans les articles en risquant de vous rendre compte un jour qu’on vous a dupé, ou essayer de duper BIREX pour réaliser uniquement que votre café à déjà refroidit ?

À vous de voir, en tout cas BIREX est paru, vendu et lu. Avec un tel C.V., Le journal du Groupe VII a-t-il sa place au côté de Jules César ?

Le Rédacteur
Et son Équipe

Petit’annonces d’Anciens :

« Grégoire de Mello, retenu en otage par les tirailleurs d’Epinal est libéré. Il a pu enfin retourner à Pamiers cet été (Messaoud respire). »

« L’interview du Chef de Groupe sur Radio Courtoisie en juin dernier laisse à méditer. Le recrutement est-il un sujet qu’il convient d’aborder sur les ondes à l’heure où les auditeurs rentrent épuisé du boulot ? »

Aucun commentaire: